En préambule, il convient de rappeler une statistique : En France, 50% des élèves en classe de 6ème, dont 58% des filles, sont déjà inscrits sur les réseaux sociaux. La loi interdit l’inscription aux réseaux sociaux avant 13 ans. Pourquoi une telle prudence ?

Peut-être un début d’explication avec le phénomène TikTok.

En cette fin d’année, le phénomène TikTok au 700 millions d’utilisateurs n’a pas fini de faire parler de lui. Cette application née en Chine (qui a rachetée musica.ly fin 2017) a détrôné toutes les autres applications chez les ados en terme de téléchargement. Et ce sont principalement les filles qui en sont fans (75% des utilisateurs), et les très jeunes.

Qu’est ce que fait cette application ?

Il s’agit simplement de se filmer pendant une quinzaine de secondes sur une musique en reproduisant une chorégraphie et en chantant en play-back. Rien de bien méchant. Cette application permet d’avoir la possibilité de mettre en avant ses talents de danseuses, d’actrices, et de créativités avec différents filtres. Elle est très bien faite et on comprend l’engouement. Avec ces vertus pédagogiques, cette application pourrait d’ailleurs rester bon enfant. Mais Tik Tok joue avec des recettes déjà éprouvées par les réseaux sociaux pour plaire aux ados et en faire des utilisateurs réguliers. Une vitrine narcissique qui les met en scène et dont la récompense immédiate est le nombre de mention « j’aime » et de followers. Sans aucun recul, cela permet de créer une addiction à la récompense et à la reconnaissance, et donc de créer le besoin d’en faire toujours plus (toujours plus provocant, toujours plus suggestif, toujours plus dangereux). Outre les dégâts en terme de personnalité, sur le côté narcissique exacerbé, c’est aussi le risque d’avoir de nombreuses insultes et de moqueries, qui peuvent être extrêmement douloureuses quand un ado est dans ce type de démarche. De plus, le fait d’imiter les « stars » d’aujourd’hui nécessite forcément de prendre les mêmes postures suggestives et pousse à l’hyper sexualisation. Même si cela est fait sans arrière-pensée par les plus jeunes, pour ceux qui en sont spectateurs, cela en va autrement. A un point que les autorités françaises ont lancé une alerte sur ce sujet : Lien twitter Police Nationale

Des dérives inquiétantes

En effet, la face cachée de Tik Tok est assez inquiétante et fait froid dans le dos. Une enquête d’un youtubeur renommé (« Le roi des rats ») a apparemment montré que derrière cette application se cachait des réseaux pédophiles qui n’hésitaient pas à entrer en contact avec les jeunes filles ou les jeunes garçons. Cela corrobore le constat du quotidien honkgongais South China Morning Post qui avait déjà alerté sur ce sujet en début d’année, et qui avait pointé du doigt la légèreté du réseau social en terme de protection de la vie privée. Tik Tok a fait des efforts depuis pour le paramétrage et la sécurité, mais encore faut-il s’assurer que notre ado, suffisamment mature, puisse bien mettre en place les bons réglages. Le monde numérique des ados évolue sans cesse, aujourd’hui Tik Tok, demain une autre application qui jouera sur les mêmes leviers pour séduire nos ados. Plus que jamais, il faut être en capacité de comprendre et d’anticiper les risques liés au monde numérique. Dialoguer avec nos enfants, les former et faire de la prévention restent les premiers outils contre ces dérives. A lire aussi : Nos ados dans le numérique : les tendances de la rentrée 2018 Pour en savoir plus, ci-joint le lien vers la video du youtubeur dénonçant les dérives de TikTok

Share This

Ce article vous a plus ?

N'hésitez pas à le partager avec d'autres parents !